Les Fils de l'Homme 9/10

Publié le

Les Fils de l'Homme

Affiche teaser américaine. United International Pictures (UIP)

Histoire : Dans une société futuriste désespérée où les êtres humains ne parviennent plus à se reproduire, l'annonce de la mort de la plus jeune personne, âgée de 18 ans, met la population en émoi.. Pourtant, Kee une jeune femme émigrée est tombée enceinte - un fait qui ne s'est pas produit depuis une vingtaine d'années - et devient par la même occasion la personne la plus enviée et la plus recherchée de la Terre. Théo un homme désabusé va alors tenter de la protéger…

 Clive Owen et Julianne Moore. United International Pictures (UIP)

Les Fils de l'homme d'Alfonso Cuaron est l'adaptation du roman homonyme de P.D. James publié en 1993 et il aura fallu prés de neuf ans à la productrice Hillary Shor pour le porter à l’écran.

Présenté en compétition officielle lors de la 63ème Mostra de Venise, ce film a fait forte impression auprès de la presse et a reçu l'Osella de la Meilleure contribution technique attribué au directeur de la photographie Emmanuel Lubezki (photographie du film qui est, il faut le dire, saisissante ) ainsi que du prix de la Lanterne Magique accordé au réalisateur Alfonso Cuaron.

C’est un véritable film d'anticipation collant à notre époque. Alfonso Cuaron et Timothy J. Sexton, ont décidé de se focaliser sur deux problèmes clés : le développement de vastes mouvements migratoires à l'échelle planétaire et l'effet "boomerang" de ces trois siècles de colonisation. Le réalisateur précise : " Je ne cherche pas, pour autant, à apporter au spectateur des réponses toutes faites. Je l'invite plutôt à s'interroger. Il découvrira alors que ce film est un miroir qui lui renvoie sa propre vision, plus ou moins optimiste, de l'avenir." Avec un aspect reportage de guerre brut loin des films à grands spectacles hollywoodiens, Cuarón met en premières lignes les conséquences des politiques actuelles de lutte contre l'immigration.

Certaines images symboliques marquent le spectateur : a la naissance du bébé, en entendant les cris du bébé les coups de feus se taisent peu a peu et les militaires regardent cet enfant stupéfait…(une image émouvante) puis lorsqu’un coup de feu se fait entendre les combats reprennent aussitôt comme si de rien n’était (l’homme a du mal a tiré des leçons du passé).

Le bébé peut être aussi assimilé à une image symbolique de notre âme en tant qu’humanité : pas encore né, l’innocence même et déjà l’objet de tant convoitise et de bassesse…

La tension est présente tout au long de ce film qui perturbe par son actualité mais grâce à une note d’espoir et un humour savamment distillé il n’en reste pas moins divertissant : UN Vrai Grand et Bon Film

Affiche teaser américaine. United International Pictures (UIP)



Publié dans Ciné Ca Passe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

csony 25/10/2006 00:03

le film de l'annee que d'emotion cree par clive owen et quel perfection dans la misen en scene de cuaron vivement l'oscar pour ce film